Bienvenue en Acadie

Partager ce billet :  

Bienvenue en Acadie

Tout le monde connait les Acadiens… Si si rappelez-vous ce gros succès musicale de Michel Fugain. Et bien voilà, ils débarquent à Albi sur Pause Guitare pour venir à la rencontre de leurs cousins français et présenter cette région située à l’ouest du Canada.

Rencontre avec Marie-Renée Duguay, responsable de la communication et des relations publiques pour l’espace Acadie.

« Nous aimons la France, nous aimons le Français. Nous nous battons pour conserver la langue de Voltaire dans notre région. Ce n’est pas évident surtout chez nous lorsque la plupart des gens parlent l’Anglais. Aussi nous faisons la promotion de notre province à travers le monde, nous facilitons l’immigration. Vous pouvez d’ailleurs venir vous informer sur notre stand, nous vous donnerons tous les renseignements nécessaires. »

A la question « Que pensez vous des problèmes d’immigration que l’on rencontre en Europe en ce moment ? » Marie-Renée botte judicieusement en touche en expliquant ne pas faire de politique étrangère. « Mais dans une région aussi grande que la notre nous avons besoin de recevoir des gens qui désirent s’intégrer à notre culture. Il y a par contre des corps de métier qui sont bien évidemment prioritaires » rajoute-t-elle en souriant.

DTT : Pourquoi ce terme d’ « Expérience Acadie »?
Marie-Renée : l’experience Acadie c’est en fait quelque chose qui se promène. Chaque année nous sommes à Lorient et puis on commence à délocaliser sur d’autres festivals parce qu’évidemment il y a la scène musicale mais il y a aussi à  cote de ça tout la promotion sur le tourisme, l’education et les oprtunités d’immigration vers l’Acadie. On se sert donc un peu du volet musical comme d’une ouverture pour présenter autre chose.

DTT : Ca semble l’Eldorado chez vous, les français sont très appréciés là-bas ?
Marie-Renée : Oui, il y a beaucoup de français qui veulent partir vers le Quebec et nous en Acadie on est minoritaire. L’Acadie est un ancien territoire. Ça a été la première colonie française avant la nouvelle France (le Quebec). Aujourd’hui ça n’existe plus politiquement mais on appelle Acadie toutes les communautés francophones qui restent dans les 4 provinces de l’Atlantique, c’est à dire le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle Ecosse, l’île du Prince Edouard et Terre Neuve. Le Nouveau Brunswick c’est là où il y a le plus de francophones. Ils représentent 36% de la population. C’est d’ailleurs le Nouveau-Brunswick qui organise cette opération sur Pause Guitare. Et là-bas, si l’on veut garder cette population francophone il faut impérativement favoriser l’immigration ! C’est pour cela que l’on essaye d’accélérer le processus d’immigration pour les français, les belges, les suisses, les marocains… Tous ceux qui sont de langue française ont un accès prioritaires en fait. 

DTT : Quel regard vous portez par rapport à la France et à l’Europe où l’on a un peu tendance à fermer les frontières ?
Marie-Renée : (Rires) Oulala, c’est une vaste question politique ça ! Pendant longtemps le Canada à vraiment été une terre d’accueil. C’est plus aussi vrai maintenant par rapport à l’immigration « humanitaire » je dirais. Le Canada accueille beaucoup moins de réfugiés par exemple maintenant qu’il y a 20 ans. Par contre lorsque les personnes viennent étudier chez nous c’est autre chose, parce que ça favorise l’installation par la suite. Et là le canadien est très preneur parce que c’est quand même un immense pays avec un taux de natalité assez faible.

DTT : Pourquoi le choix de la ville d'Albi ?
Marie-Renée : En fait il y a déjà eu plusieurs artistes acadiens qui sont passés au Festival. Mais Alain Navarro est venu plusieurs fois en Acadie ainsi que sur l’opération que nous avons faite à Spa. Il y a eu de nombreuses discussions. Pause Guitare a montré un réel intérêt à accueillir l’Acadie et l’Acadie avait bien envie de venir ici aussi…

DTT : Quelles sont les retombées pour vous sur ce type d’action ? Elles sont quantifiables ?
Marie-Renée : Ca se passe à deux niveaux. Il y a le volet « public » bien sûr et puis il y a le volet « pro » parce qu’on va organiser une soirée pro où beaucoup de professionnels de la ville d’Albi vont venir pendant 2 heures. Il y aura une sorte de showcase avec les artistes et ensuite une forme de réseautage avec les entreprises. En général il y a de bonnes retombées. Mais ça peut prendre 2-3 ans avant que cela se mettent en place concrètement.

DTT : Il y a-t-il aussi des artistes français qui viennent chez vous ?
Marie-Renée : Oui mais pas beaucoup parce que le marché local est très petit finalement, malgré la superficie. Alors pour justifier une tournée c’est pas évident. Il faut donner plusieurs dates aux artistes et le coût de déplacement est très élevé. Donc souvent se sont des petites formations, 2-3 musiciens maximum...

Venez retrouver l’Expérience Acadie sur le stand situé en plein centre de la Place du Vigan jusqu’à ce soir puis sur le site de Pratgraussals jusqu’à samedi.

Propos recueillis par Christophe Harter et François Darnez pour Dans Ton Tarn.
Photos : © On Stage Sudio - Christophe Harter et Richard Storchi - Pause Guitare